[ acte 1 ]

Automne 2016

Le mystère de l’apparition des Hommes à tête de cheval n’est toujours pas élucidé. Aux quatre coins du quartier, on évoque la présence de ces créatures. Les enquêteurs poétiques et sensibles appelés pour l’occasion décident d’employer les grands moyens. Ils amènent leur boite noire et déploient leurs outils dans le quartier. 

 

 

Teens at work : série de photographies réalisées par Hélène Motteau. Ateliers réalisés avec des jeunes du quartier sur la question de l’autoportrait et la manipulation d’objets de chantier. 

La Courneuve, apparitions insolites aux Quatre-Routes.

Une équipe du Comité d’études des étranges phénomènes en milieu urbain (ceepmu) est intervenue pour enquêter sur une série d’apparitions insolites au quartier des Quatre Routes.

Plusieurs signalements – à la Maison du Peuple Guy Môquet, aux abords du marché provisoire, devant la cité Rateau, et au domicile de plusieurs Courneuviens – ont conduit le ceepmu à se mobiliser pour déterminer la crédibilité de ces phénomènes exceptionnels en France.

Ces apparitions d’hommes à tête de cheval étaient en effet jusqu’à présent plutôt localisées dans les pays anglo-saxons, et notamment aux Etats unis, où l’une impliquait le président américain lui-même, et une autre la puissante compagnie Google via son application « Google Street View ». Les récents développements pourraient mener à la résolution d’affaires restées jusqu’ici sans suite, dont plusieurs échappées de chevaux inexpliquées survenues au cours de ces cinq dernières années. La plus récente a eu lieu le 3 avril dernier, à Thoissey, dans l’Ain, quand sept chevaux se sont mystérieusement échappés de l’Ecurie des Brumes. Un lien pourrait être établi entre cette affaire et l’incident de juin dernier à Lille, en plein Euro 2016, impliquant un homme à tête de cheval irlandais.

Le ceepmu est un cabinet d’experts spécialisés dont l’objectif est précisément de comprendre ces phénomènes inexpliqués. « Outre des prélèvements divers effectués in-situ – topographiques, sonores, superficiels, etc., nous avons également recours aux méthodes de la communication non-verbale qui sous-tend, comme vous le savez, la relation individu/cheval, essentiellement intuitive, afin de recueillir et interpréter le témoignage fragmentaire des victimes », explique le Dr. Crin, responsable de l’équipe ceepmu arrivée hier par l’aéroport du Bourget.

« Nous avons bon espoir que les éléments de cette enquête corroborent probablement certaines de nos hypothèses ». Des fouilles archéologiques menées sur le site de la fontaine Saint-Lucien à La Courneuve, non loin du centre équestre, avaient mis au jour des céramiques datant du 2ème siècle après jc. Or, l’un des axes de recherche du ceepmuest l’étude d’une espèce hybride d’homme à tête de cheval, dont l’existence remonterait précisément à cette époque gauloise antique. Bien qu’aucun spécimen n’ait jamais encore été retrouvé, ses traces se multiplient ces dernières années, et leur convergence vers le quartier des Quatre Routes de La Courneuve est une opportunité inespérée pour les experts du ceepmu.

Afin de faciliter l’enquête en cours, le ceepmu a mis à la disposition des Courneuviens une messagerie ceepmu93@gmail.com ainsi qu’une page Facebook Homme A Tête De Cheval à laquelle ils peuvent d’ores et déjà adresser leurs témoignages s’ils venaient à apercevoir l’une de ces créatures.

 

Mais les enquêteurs sensibles n’avancent pas seuls… Afin d’élargir leur champs d’investigation, ils font appels au BHETP – bureau des hautes études techniques et provisoires- représenté ici par le collectif doubleM.
La mission du BHETP est de concevoir et co-construire la BOITE NOIRE du projet, afin d’activer la mémoire de la ville, du quartier, du marché, au gré des études, analyses et rencontres in situ.

Un laboratoire NAP dirigé par l’agent G, s’installe au centre de loisir Jacques Frost, afin d’y étudier La ville qui bouge. L’unité constituée regroupe une quinzaine d’élèves d’Angela Davis et leur animatrice Gwladys. Ensemble ils arpentent les rues alentours, observent les empreintes laissées par les nouveaux hommes-cheval, et en extraient ce qui dessine les contours d’une ville habitée, mouvante…

En parallèle une poignée de jeunes habitués du centre Guy Moquet s’associent aux Dr G et B afin de transformer une caravane nomée La Bohème, et lui permettre d’accueillir pour un temps le QG des enquêteurs sensibles, ainsi que du BHETP, et qu’ils y partagent le fruit de leurs investigations. Naissance de la Boîte Noire. Parée d’un gouvernail fabriqué par l’entremise des ateliers de la ville, elle accompagnera le cortège de pose de la première pierre, et signera la scène finale de ce premier ACTE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *