• Actus
  • Contacts
  • Contexte
  • Equipes
  • Projet
  • C'est là !
  • Revis le !
  • Par ici !
  • C'était bien !
  • A revoir !
  • A venir !

[ Contacts ]

Maison des Jonglages
11 avenue du Général Leclerc, 93 120 La Courneuve
Facebook : Monument en Partage 

Si tu veux te joindre à nous ou s’il te manque une information :
stephanie@maisondesjonglages.fr & 01.49.92.68.10

 

[ Actus ]

En cours :

Atelier jonglage en plein air :
Initiation au jonglage tout public.
Dates à venir.

Atelier Boite Noire (doubleM atelier) :
Transformation de la Boite Noire dans le centre culturel Houdremont
–> Construction de la caravane en espace utopique.
Possibilité de faire venir des petits groupes.

 

A venir !

Résidence Protocole :
Du 02 au 06 octobre 2017.

Formation Johan Swartvagher :
Ecole de cirque du Lido.
–> Parcours de petites formes circassiennes adaptées au quartier des Quatre-Routes.
Mercredi et jeudi 04 et 05 octobre (programme détaillé à venir).

Déjà terminé !

Résidence Protocole & Hélène Motteau :
29 mai au 02 juin 2017

Atelier cartographie :
Café famille MPT Youri Gagarine
–> Conception de masques de chevaux et de costumes pour la Grande Parade,
Mercredi 22 et 29 mars après-midi.

Grande Parade !
08 avril 2017, 14h30, du lycée Rimbaud au stade Géo André.

Résidence Protocole :
03 au 08 avril 2017

Atelier masques :
Café famille MPT Youri Gagarine
–> Conception de masques de chevaux et de costumes pour la Grande Parade,
Mercredi 22 et 29 mars après-midi.

Atelier libre MPT Guy Moquet :
–> Conception de masques de chevaux et de costumes pour la Grande Parade,
Mercredi 22 mars après-midi.

Atelier jonglage avec des pelotes de laine :
MPT Youri Gagarine
–> Atelier de jonglage à la pelote,
Mercredi 22 mars 13h30-15h30.

Portraits photos :
MPT Youri Gagarine
–> Portraits d’habitants masqués,
Mercredi 22 mars 15h30-17h30 + 23 et 24 mars.
MPT Guy Moquet
–> Portraits d’habitants masqués,
Mercredi 22 mars 14h-15h30 + 23 et 24 mars.

Permanence Boite Noire/carte :
Parking devant le lycée Arthur Rimbaud,
–> Cartographie participative, dessine ton quartier, itinérance de la Boite Noire le long de la rue Anatole France,
Lundi 03 avril 2017.

MPT Youri Gagarine,
Mardi 04 avril 2017.

Mail Anatole France,
Mercredi 05 avril 2017.

Cité Anatole France,
Jeudi 06 avril 2017.

Résidence Protocole & Hélène Motteau :
23 au 28 janvier 2017

Résidence de la boite noire au Lycée Rimbaud :
–> Ateliers sur le confessionnal, « rêve d’ailleurs » & ateliers sur l’empreinte de l’Homme à tête de cheval.
Du 04 janvier 2017 au 03 février 2017.

Transformation de la boite noire :
Workshop pour ouvrir la caravane avec le collectif laGonflée https://www.facebook.com/lacaravanegonflee/?fref=ts
05 au 13 décembre 2016

Résidence Protocole & Hélène Motteau :
26 au 31 octobre 2016 et 09 au 13 novembre.

Pose de la première pierre et lancement de la résidence artistique :
Jeudi 10 novembre 2016 à partir de 18h30
— > Déambulation festive, performance jonglée sur le chantier de l’ilot du marché, banquet partagé sur l’impasse St Yves.
Gratuit pour tous.

Ateliers jonglage massue :
Maison Pour Tous Youri Gagarine
Samedi 05 novembre 2016 14h-17h
— > Inauguration de l’espace jeunesse.
Gratuit pour tous.

Ateliers photos :
Maison Pour Tous Guy Moquet
Jeudi 27 octobre 2016 10h-12h
Vendredi 28 octobre 2016 10h-12h
Samedi 29 octobre 2016 14h-16h
–> Manipulation d’objets de chantier (cône, rubalise, grillage, casques, etc.), autoportrait photographique, pratique de la photographie de la prise de vue au traitement de l’image.
Gratuit, à partir de 12 ans.

Ateliers caravane :
Cour de la Maison pour Tous Guy Moquet
Lundi 24 octobre 2016 14h-17h
Mardi 25 octobre 2016 14h-17h
Samedi 29 octobre 2016 14h-17h
Lundi 31 octobre 2016 14h-17h
Mardi 01 octobre 2016 14h-17h
–> Réparation et customisation de la caravane pour la pose de la première pierre du 10 novembre 2016.
Gratuit, à partir de 6 ans.

[ Equipes ]

 

mdj2
La Maison des Jonglages, une structure porteuse

La Maison des Jonglages, Scène conventionnée Jonglage(s) La Courneuve avec Houdremont, a pour objectif de promouvoir la richesse et la diversité de la création jonglée contemporaine. Depuis sa création en 2008, la Maison des Jonglages a toujours eu des relations fortes avec le territoire sur lequel elle est implantée. S’appuyant sur son expertise du jonglage, la Maison des Jonglages n’a eu de cesse d’imaginer des projets de diffusion, de résidence et d’action culturelle, qui donnent une visibilité au territoire et associent directement les habitants de la Seine-Saint-Denis : elle est toujours en quête de nouvelles expérimentations.
http://maisondesjonglages.fr

protocole2

Protocole, un collectif de jongleurs
Protocole c’est l’énergie de cinq jongleurs qui expérimentent dans un lieu donné et pour des événements non reproductibles, en croisant la danse, le jeu et le jonglage. C’est donc à travers l’improvisation que l’identité du collectif se construit. Protocole cherche à ouvrir de nouveaux espaces de jeux, entre redécouvertes urbaines, explorations souterraines, ou promenades en territoires inconnus… Pour enrichir son langage, Protocole aime accueillir des invités d’autres disciplines qui vont alimenter leur travail et réflexion. Le jonglage et l’espace public sont, au cœur du travail du Collectif Protocole : [Monument en Partage] est pensé non seulement comme une création in situ, mais aussi comme une démarche de recherche sur le territoire avec sa population et ses enjeux.
http://www.collectifprotocole.com

hm2

Hélène Motteau, photographe et vidéaste
Hélène Motteau accompagne le collectif Protocole dans ses pérégrinations. Elle est temporairement portraitiste du quartier et de ses habitants. Equipée de tout son attirail, elle glane des témoignages visuels de l’évolution du chantier et des usagers de cet espace et des alentours. Ces instants de rencontre se cristallisent en traces disposées un peu partout dans le quartier, créant de l’émotion spontanée au cœur d’un espace en constante évolution.

doublem2

DoubleM, deux têtes (archi)chercheuses
Un double M, c’est deux têtes qui cherchent, en chassé-croisé entre expériences et idées, imaginaires et pratiques. Deux têtes diplômées d’architecture (ENSA Paris la Villette) dont le travail se fonde sur des compétences et sensibilités combinatoires. Ce qui les réunit : le besoin de faire des brouillons, de faire de ses mains, de faire avec d’autres, de faire exister. Pour [Monument en Partage], elles remettront tout en question : comment se fabrique le chantier ? De quoi est-il fait ? De qui est-il peuplé ? Quels sont ses déchets ? Ses frontières ? Ses influences ? Ses corollaires ?… Leur investigation aura pour mission de monter un protocole d’archéologie contemporaine d’étude du chantier en temps réel. Elles extrairont du quartier des Quatre-Routes les éléments issus de la fabrique de la ville, afin de la donner à voir.
https://www.facebook.com/collectif.double.m

[ Projet ]

Pssst… Hey, toi… Oui, toi… Allez, approche, tu as entendu parler de ce qui se trame aux Quatre Routes ? Le marché a déménagé. Un bâtiment tout neuf va le remplacer. Les murs tombent, les planchers se déplacent, regarde on voit le ciel. Ça bouge… Ça bouge ? Tout est en mouvement dans le quartier et ça va si vite… [Monument en Partage], tu connais ?

[Monument en Partage] c’est toi au cœur de ce quartier en mutation. Les Quatre Routes se transforment quotidiennement. Comment s’approprier ces changements si rapides ? Du jour au lendemain, le quartier est transfiguré et il est parfois long de s’approprier ces changements. Et si on imaginait ça ensemble ?

Ce projet est porté par la Maison des Jonglages avec le Collectif Protocole, Hélène Motteau et le Collectif DoubleM. Il se constitue au cœur du quartier des Quatre Routes dans l’intention de construire ensemble ; habitants, usagers et professionnels, une belle manière d’enchanter le territoire urbain et de s’en approprier la métamorphose.

De septembre 2016 jusqu’au printemps 2018, sept actes ponctueront la dynamique du quartier. Tantôt, des impromptus de jonglage rythmeront la frénésie quotidienne, tantôt, chacun pourra se faire tirer le portrait ou témoigner sur son espace de vie. Des têtes de chevaux apparaitront ici et là, et surgiront de nouveaux lieux mis en partage. Tout se construit avec le terrain du quotidien.

Maison des Jonglages, Collectif Protocole et Hélène Motteau, doubleM atelier

[ Contexte ]

Fin 2015, la SEM Plaine Commune Développement dépose un appel d’offre pour une mission d’accompagnement artistique du chantier de l’ilot du marché dans le quartier des Quatre Routes de la Courneuve.

 
Le secteur des Quatre-Routes constitue une centralité importante de La Courneuve. Avec son important marché (troisième d’Ile-de-France) et ses nombreuses échoppes, il est la principale polarité commerciale de la ville. Il a d’ailleurs été longtemps réputé pour la qualité de ses commerces de bouche. Toutefois, au cours de ces dernières décennies, le quartier subit d’intenses modifications ayant pour conséquences le faible nombre d’espaces publics et de lieux de convivialité.

Dans ce contexte, les collectivités ont développé de nombreux projets afin de créer une dynamique pour le quartier et pour ses habitants. Une opération d’aménagement a également été lancée. Elle comprend notamment la recomposition de l’îlot du marché.

Ce projet consiste en la création d’une grande place publique (2.000 m² environ) le long de l’avenue Lénine, bordée par un complexe immobilier comprenant une nouvelle halle de marché, trois cellules commerciales et des plots de logements (132 logements). Ce projet architectural, développé par l’agence Béal & Blanckaert, est résolument contemporain et coloré.

La nouvelle place accueillera le marché, mais sera également un véritable lieu de vie tout au long de la semaine. Ce futur espace répondra au manque d’espace de rassemblement et d’animation dans le quartier, notamment en termes artistiques et culturels. La future place accueillera le marché trois fois par semaine, pendant toute l’année : le mardi, vendredi et dimanche. La tenue du marché implique de fortes contraintes pour la conception de la place, conçue par l’agence OCTA Paysagistes qui travaille d’ores et déjà à l’intégration de la « boite noire » du projet sur le futur espace.

En dehors des temps de marché, la place a néanmoins vocation à être un lieu de vie, de rencontre et d’animation. Elle répondra en cela à un réel besoin dans le quartier, la place du 8 mai 1945 ne remplissant pas ces fonctions. Du mobilier urbain (bancs, arbres, mâts d’éclairage) sera mis en place afin de favoriser l’appropriation de la place, qui sera également animée par la présence de trois nouveaux commerces et de celle de la boutique de quartier.

L’architecte du projet s’est associé aux compétences du plasticien Dominique Dehais, qui développe depuis de longues années un travail sur la couleur. Son intervention consiste en un habillage coloré des bâtiments, en cohérence avec l’ensemble de sa démarche artistique.

Cet accompagnement artistique de la transition urbaine de l’ilot du marché des Quatre-Routes s’est appelé [Monument en Partage]. Il est porté par la Maison des Jonglages, le collectif Protocole & Hélène Motteau et doubleM atelier et accompagné par la Ville de la Courneuve, Plaine Commune, la SEM Plaine Commune Développement et le Département de la Seine-Saint-Denis.

Ville de La Courneuve : http://www.ville-la-courneuve.fr/
Plaine Commune : http://www.plainecommune.fr/
SEM Plaine Commune Développement : http://www.semplaine.fr
Département Seine-Saint-Denis : http://www.seine-saint-denis.fr/

Menu

  • Les actualités
  • Le contexte
  • Le projet
  • Les équipes
  • Contacts

[ acte 0 ]

Fin été 2016

 

 

 

On signale l’apparition d’Hommes à tête de cheval un peu partout aux les Quatre Routes. Muets, ils semblent néanmoins aller à la rencontre des habitants. On appelle des enquêteurs poétiques et sensibles pour trouver une explication à ce phénomène pour le moins étrange.

Welcome Home : Série de photographies réalisées par Hélène Motteau. L’Homme à tête de cheval part à la rencontre des habitants du quartier. 

On a tous la patate malgré un peu de fatigue. Il fait super chaud. Beaucoup de monde tout autour, du bruit, des passants avec des plateaux recouverts de papier aluminium. L’idée est de se démarquer, d’assumer que nous sommes « au travail » et de nous faire voir. C’est le début de la rumeur. On assume notre présence, notre visibilité. On garde aussi l’idée d’avoir toujours sur nous trois choses : une carte, un enregistreur son, un appareil photo. C’est le package minium à voir par groupe qui repère et qui joue.

On parle rapidement de l’importance d’être logés sur place pour partager ensemble, s’ancrer dans le territoire dès le début de la journée et jusqu’en soirée, pour ne pas utiliser la ville que pour créer, mais s’y sentir habitant.

On décide qu’à chaque personne rencontrée, on lui demande le contact d’au moins une autre personne à rencontrer, pour faire des ponts. On peut aussi demander s’il est possible d’afficher des photos pas loin ou d’accrocher à la maison un mannequin à tête de cheval.
A côté de la Banque Populaire, on rencontre le propriétaire du magasin Gigilook. Thomas achète des chaussures. Il est très gentil, sympa, blagueur… Il ne préfère pas être pris en photo devant chez lui car tout le monde le connait et il ne veut pas qu’on sache où il habite. On rencontre Hocine, le boucher. Un très jeune mec qui a trois boucheries à La Courneuve !

Abdel dit que toutes les personnes rencontrées sont des gens supers à impliquer dans des performances, dans des actions pour tisser du lien.

 

[ acte 1 ]

Automne 2016

Le mystère de l’apparition des Hommes à tête de cheval n’est toujours pas élucidé. Aux quatre coins du quartier, on évoque la présence de ces créatures. Les enquêteurs poétiques et sensibles appelés pour l’occasion décident d’employer les grands moyens. Ils amènent leur boite noire et déploient leurs outils dans le quartier. 

 

Teens at work : série de photographies réalisées par Hélène Motteau. Ateliers réalisés avec des jeunes du quartier sur la question de l’autoportrait et la manipulation d’objets de chantier. 

La Courneuve, apparitions insolites aux Quatre-Routes.

Une équipe du Comité d’études des étranges phénomènes en milieu urbain (ceepmu) interviendra sur La Courneuve à partir du jeudi 3 novembre pour enquêter sur une série d’apparitions insolites au quartier des Quatre Routes.

Plusieurs signalements – à la Maison du Peuple Guy Môquet, aux abords du marché provisoire, devant la cité Rateau, et au domicile de plusieurs Courneuviens – ont conduit le ceepmu à se mobiliser pour déterminer la crédibilité de ces phénomènes exceptionnels en France.

Ces apparitions d’hommes à tête de cheval étaient en effet jusqu’à présent plutôt localisées dans les pays anglo-saxons, et notamment aux Etats unis, où l’une impliquait le président américain lui-même, et une autre la puissante compagnie Google via son application « Google Street View ». Les récents développements pourraient mener à la résolution d’affaires restées jusqu’ici sans suite, dont plusieurs échappées de chevaux inexpliquées survenues au cours de ces cinq dernières années. La plus récente a eu lieu le 3 avril dernier, à Thoissey, dans l’Ain, quand sept chevaux se sont mystérieusement échappés de l’Ecurie des Brumes. Un lien pourrait être établi entre cette affaire et l’incident de juin dernier à Lille, en plein Euro 2016, impliquant un homme à tête de cheval irlandais.

Le ceepmu est un cabinet d’experts spécialisés dont l’objectif est précisément de comprendre ces phénomènes inexpliqués. « Outre des prélèvements divers effectués in-situ – topographiques, sonores, superficiels, etc., nous avons également recours aux méthodes de la communication non-verbale qui sous-tend, comme vous le savez, la relation individu/cheval, essentiellement intuitive, afin de recueillir et interpréter le témoignage fragmentaire des victimes », explique le Dr. Crin, responsable de l’équipe ceepmu arrivée hier par l’aéroport du Bourget.

« Nous avons bon espoir que les éléments de cette enquête corroborent probablement certaines de nos hypothèses ». Des fouilles archéologiques menées sur le site de la fontaine Saint-Lucien à La Courneuve, non loin du centre équestre, avaient mis au jour des céramiques datant du 2ème siècle après jc. Or, l’un des axes de recherche du ceepmuest l’étude d’une espèce hybride d’homme à tête de cheval, dont l’existence remonterait précisément à cette époque gauloise antique. Bien qu’aucun spécimen n’ait jamais encore été retrouvé, ses traces se multiplient ces dernières années, et leur convergence vers le quartier des Quatre Routes de La Courneuve est une opportunité inespérée pour les experts du ceepmu.

Afin de faciliter l’enquête en cours, le ceepmu a mis à la disposition des Courneuviens une messagerie ceepmu93@gmail.com ainsi qu’une page Facebook Homme A Tête De Cheval à laquelle ils peuvent d’ores et déjà adresser leurs témoignages s’ils venaient à apercevoir l’une de ces créatures.

[ acte 2 ]

Hiver 2017

A chaque grand changement de La Courneuve, la figure du cheval est présente. Saviez-vous que le mythe du cheval de Saint-Lucien est fondateur de la ville ? Frappant le sol de son sabot impatient, il fit jaillir une source miraculeuse, foyer du premier peuplement de la commune. Les Hommes à tête de cheval symbolisent ces transformations dont chacun peut devenir acteur, portant à son tour une tête de cheval.

Quotidiens : le 24 janvier 2017 : Scène 1 et 2. Dyptiques de photographies réalisés par Hélène Motteau sur le marché des Quatre-Routes.

L’acte 2 s’achève doucement, tant de choses se sont passées ces derniers mois…

La Boite Noire est partie en résidence au lycée Arthur Rimbaud. Une classe de seconde a travaillé, un mois durant, avec Alice et Juliette de doubleM atelier sur une empreinte d’Homme à tête de cheval à apposer sur la façade et ont ensuite créé et installé leur confessionnal idéal dans la caravane. Chacun aura maintenant le loisir de s’y rendre pour parler de son rêve d’ailleurs…

Les Hommes à tête de cheval ont investi le marché. Le mythe de Saint-Lucien a été dévoilé. Le marché se laisse découvrir et s’ouvre sur le quartier…

 

 

 

 

 

BD ASSEMBLE

Les jongleurs au travail se sont installés devant le centre de loisirs Anatole France. Au programme : écoute de la rumeur, visionnage de films et petite pause autour de la caravane.

Au soleil couchant, le collectif Protocole réitère son installation, toute l’équipe est réunie autour du métro du 8 mai 1945 pour profiter de cet instant décalé un peu magique…

 

[ Acte 3 ]

Depuis déjà plusieurs mois, les Hommes à tête de cheval ont fait leur apparition dans le quartier des Quatre-Routes. Observés sous toutes les coutures par les enquêteurs poétiques et sensibles, ils ont finalement été acceptés dans le quartier. Pour remercier les habitants de leur accueil, les Hommes à tête de cheval les invitent à mettre un costume de cheval et à déambuler pour la Grande Parade, dansons, chantons, rassemblons-nous ! 

Nos monstres : série de photographies réalisées par Hélène Motteau. Portraits réalisés dans des lieux chers aux habitants ayant en amont fabriqués leurs masques. 

Préparation de la Grande parade.
Le pick-up noir sillonne le quartier des Quatre-Routes pour afficher les portraits d’habitants masqués.
Ça crépite, ça frétille, ça s’agite !

Les femmes et hommes habillés de noir surgissent ici et là pour cet affichage performatif en musique.

La caravane se déploie ici et là tout au long de la semaine.
Dés le deuxième jour ici, les jongleurs de Protocole tournent deux petits films.
Dans le chantier, nous commençons à avoir nos habitudes.
Le chef de chantier nous laisse tourner comme on le souhaite où nous voulons, en autonomie.
Le terrain de jeu est magnifique et changeant. Nous filmons, vivons cette métamorphose.

Les jongleurs de Protocole s’invitent à la Cité Anatole France pour humer le soleil et discuter avec les enfants.
Très vite ils tournent une deuxième vidéo avec la participation des enfants.

Un mannequin challenge s’improvise pour être présenté le samedi à la Grande Parade.
Un seul objectif, secouer tout ça ! Faire descendre les vieux de leurs appartements et réunir un maximum d’habitants dans une expérience collective aussi surréaliste soit elle !

Il fait bon vivre aux Quatre-Routes en ce début de printemps.
Il va être temps de déclarer ce quartier « Zone libre pour l’absurde ».

 

[ Acte 4 ]

Eté 2017

Doué de parole, l’Homme à tête de cheval facilite le dialogue par son écoute attentive du quartier. Non plus dans un rôle d’observateur provocateur, il assiste les enquêteurs poétiques et sensibles pour que les rêves de ce territoire puissent être entendus et dessinés.

Fresque réalisée par Hélène Motteau.

Le temps d’une semaine, on s’est tous installés dans la rue Paul Doumer, entre le centre de loisirs et l’école.

La Boite Noire s’est déployée sur la rue ; carte du quartier, mobilier, espace vidéo et atelier fresque !

Si certains ont préféré se poser boire un café et discuter, d’autres se sont attelés à aider la photographe à réaliser de grands collages représentant toutes les actions de l’année ! Par ici et par là, chacun s’affaire à son travail, un petit groupe dessine sa maison ou son école pendant que les copains tracent à la craie au sol leur ville rêvée !

Vient l’heure de se promener dans le quartier, de mettre ses jolis baskets et de courir dans la rue après cinq jongleurs qui marchent, courent et grimpent partout, on se faufile dans les petites rues, on salue le chauffeur du tram et on rencontre les voisins guidés par quelques récits sur la ville, sur ce territoire en mouvement…

Photos documentaires réalisées par Hélène Motteau dans le cadre de la résidence.

Doucement, la semaine s’achève, on en a fait des rencontres, on a imaginé la ville dans tous les sens, on a accumulé de la matière… On part quelques temps pour laisser reposer tout ça et on revient à la rentrée pour de nouvelles surprises dans le quartier !

[ Acte 5 ]

Automne 2017

Depuis quelques mois la rumeur s’est largement répandue que des Hommes à tête de cheval se sont installés aux Quatre-Routes. Ils sont ici, ils sont partout, on les croise à tous les coins de rue. Ils font partie de la vie quotidienne maintenant. Intrigués par cette communauté, un groupe d’enquêteurs d’une contrée lointaine vient à son tour se renseigner.

Du lundi 02 au vendredi 06 octobre :

Impromptus jonglés et cirque

Permanence de la Boite Noire et atelier cartographie

Rencontre avec les artistes

Jeudi 05 octobre 17h30 :

Apéro en partage sur le chantier

 

[ Acte 6 ]

[ Acte 7 ]